10 novembre 2015

Motifs de consultation

L’absence de douleur ne signifie pas « être en bonne santé ».

Les thérapeutiques mises en œuvre sont conservatrices (pas de chirurgie ou d’injection) et concernent l’appareil neuro-musculo-squelettique. La chiropraxie s’adresse à tous les publics. Car si les indications les plus connues sont des douleurs d’origines vertébrales, elle a bel et bien une action bénéfique sur de très nombreux troubles, sans prétendre être la panacée, ni remplacer votre médecin traitant.

Quelques exemples de motifs de consultation :

Le rachis

Céphalées (maux de tête) d’origine cervicale,
Douleurs projetées de la face d’origine cervicale,douleurs-chiropraxie
Vertiges (en particulier dans les suites de coup du lapin),
Syndrome douloureux de l’articulation temporo-mandibulaire (mâchoire),
Cervicalgies mécaniques,
Torticolis musculaires ou vertébraux,
Coup du lapin et syndrome cervical associant céphalées, sensation vertigineuse, nausée, cervicalgie,
Névralgie cervico-brachiale (douleur cervicale irradiant dans un bras),
Dorsalgies musculaires et mécaniques (douleurs entre les omoplates),
Névralgie Intercostale,
Douleur en relation avec des troubles de statique rachidienne ou scoliose
(courbure latérale de la colonne vertébrale),
Douleurs projetées (douleurs pseudo viscérales par irradiations de souffrances rachidiennes),
Lombalgie mécanique (douleur dans le bas du dos),
Sciatique (face arrière de la cuisse) et cruralgie (face avant de la cuisse),
Lumbago (blocage aigu des vertèbres lombaires),
Dysfonctionnement du bassin (syndrome douloureux des sacro-iliaques),
Certaines douleurs du coccyx.

Les articulations des membres

Épaule ou omoplate douloureuse,
Épicondylite du joueur de tennis (tennis elbow),
Épitrochléite du golfeur (golfer’s elbow),
Tendinites,
Genoux douloureux,
Muscles endoloris,
Syndrome du canal carpien (poignet),
Douleurs au talon ou de la cheville.

Les troubles de l’appareil locomoteur trouvent fréquemment leur origine dans une « sur-utilisation » des articulations, muscles ou tendons, dans des gestes et postures inadaptés, lors de traumatismes ou microtraumatismes répétés ou encore lors de l’apparition de pathologies mécaniques dégénératives (vieillissement articulaire).

Certains troubles fonctionnels :

Consultation​Stress, ballonnements, constipation, diarrhée, règles douloureuses ou irrégulières, énurésie, certains troubles du sommeil…etc
En fonction des zones traitées, le traitement chiropratique peut entrainer des réactions sur le système nerveux autonome. Ces réactions sont susceptibles d’entraîner des modifications du fonctionnement viscéral avec par exemple, une modification du transit intestinal, une modification du cycle menstruel, une amélioration des coliques infantiles… Néanmoins, ces améliorations ne sont pas systématiques et ne peuvent faire l’objet d’une indication courante.

Selon le contexte clinique, le chiropracteur peut référer le patient à son médecin traitant ou à un autre spécialiste s’il le juge nécessaire, pour une prise en charge optimale et adaptée.